Des projets actuelles de LOBIKO

Alimentation en énergie

En RDC il n’existe un réseau d’énergie é...
Alimentation en énergie

L'accès aux médicaments

La plupart des habitants de la province...
L'accès aux médicaments

La plupart des habitants de la province Équateur n’ont pas accès aux médicaments de base les plus importants ou bien leur accès est très limité. Sachant que le médecin peut faire le diagnostic mais n’est pas en mesure de traiter leur maladie, ils ne vont même pas à l’hôpital ou au centre de santé. Aidez-nous à faciliter l’accès aux médicaments vitaux à un plus grand nombre de malades ! Faites un don pour une pharmacie centrale qui fournit les médicaments aux hôpitaux et centres de santé!

Le commerce privé de médicaments est dangereux.

Djolu est situé à environ 650 km de Mbandaka, chef-lieu de la province. Sur le petit marché la population peut se procurer divers produits qui ne sont pas fabriqués à proximité dans la région, mais qui proviennent de la lointaine capitale Kinshasa : stylos-billes, papier, machettes, houes, piles – et aussi des médicaments. Des pilules rouges et vertes, bleues et blanches, des petits paquets de pansements, de différentes ampoules avec des liquides indéfinissables à injecter sont étalés sur une des tables de vente. Bien que l’offre est assez clairement ordonné et surtout très disparate, le vendeur n’est guère capable de dire à quoi servent ces médicaments. Car il n’est pas pharmacien professionnel, mais seulement un simple marchand, qui s’est spécialisé sur les produits médicaux. On cherche en vain des informations sur la date d’expiration ou sur les effets secondaires, et la chaîne frigorifique n’existe pas. Celui qui achète ici doit être au courant ou bien il lui faut de la chance et la confiance en Dieu.

 

Les médicaments ont la même importance pour un hôpital que l’essence pour une voiture.

Marktapotheke

A Baringa, qui est situé au bord du fleuve Lulonga à environ 140 km de Basankusu, il n’y a pas de marché, mais un grand hôpital avec des bâtiments de l’époque coloniale. « Nous avons un besoin pressant de médicaments, nous devons avoir accès aux médicaments nécessaires à tout moment », dit Dr Mboyo, directeur de l’hôpital. Le stock de médicaments est aussi disparate et clairement ordonné qu’au marché de Djolu. Avec ce bric-à-brac il est impossible de faire les traitements les plus simples. Les patients reçoivent une ordonnance du médecin et sont laissés seul pour trouver le médicament prescrit – un problème non résolu dans la plupart des cas. Les gens savent que les médecins ne disposent pas souvent de médicaments adéquats, donc ils ne vont pas aux examens médicaux. Pourquoi dépenser de l’argent, si l’hôpital ne peut pas aider !

En plus la vente des médicaments est une source de recettes importante pour un hôpital, sans laquelle il ne pourra pas survivre financièrement. « Pour un hôpital au Congo les médicaments ont la même importance que le diesel pour une voiture. Sans cela ça ne marche pas», dit Dr Mboyo.

Une pharmacie centrale pour tous

LOBIKO veut assurer un accès sûr et régulier aux médicaments et à l’équipement médical nécessaires pour les trois hôpitaux et 33 centres de santé de la CADELU. En collaborant avec le coordinateur médical de la CADELU nous voulons créer une pharmacie centrale à Basankusu et la doter de médicaments. Elle doit fournir les hôpitaux et centres de santé et ainsi donner accès aux médicaments dont la population a besoin.

Aidez les hommes au Congo avec votre don!

Mot-clé: "Médicaments"

Defekter Stromgenerator in BaringaEn RDC il n’existe un réseau d’énergie électrique que dans les grandes villes comme Kinshasa, Lubumbashi ou Mbandaka. Et même là les coupures de courant sont fréquentes. Même à Basankusu, mais surtout dans les régions éloignées en forêt il faut produire soi-même le courant électrique dont on a besoin. Cette production à l’aide d’un générateur et les frais supplémentaires en sus rendent l’électricité très chère. Pour les hôpitaux et centres de santé ceci est inabordable.

Il vaut mieux de ne pas tomber malade la nuit

A Boso Ndjafo on ne devrait pas venir au monde pendant la nuit si on a besoin de l’aide du centre de santé local. Car un accouchement imprévu dans la nuit se passe sous l’éclairage d’une lampe de poche ou de pétrole. Dans les hôpitaux de Baringa ou Yoseki c’est encore plus dramatique, car ici on fait toutes sortes d’opérations. Une intervention chirurgicale compliquée à l’aide d’une lampe de poche – quel horreur ! Et pourtant c’est ce qui se passe tous les jours.

Dans un bâtiment annexe à l’hôpital se trouvent encore les débris d’un vieux générateur de l’époque coloniale (voir photo). Mais il a rendu l’âme depuis de longues années. On pourrait le réparer avec des pièces de rechange appropriées, mais cela reviendrait cher. En plus l’hôpital devrait trouver les moyens financiers pour acheter le carburant afin de faire marcher le générateur.

L’électricité solaire est beaucoup moins chère.

C’est pour cela que l‘Église CADELU souhaite que, par l’aide de LOBIKO, ses hôpitaux et centres de santé soient équipés avec des centrales solaires. Celles-ci sont relativement peu coûteuses à l’achat, presque sans frais d’entretien et sans frais de fonctionnement. En outre elles sont plus écologiques. Ainsi on pourrait éclairer la salle d’opération dans la nuit et faire marcher le frigo pour le stock de médicaments dans la journée.

Aidez-nous s.v.p. et soutenez nos partenaires avec votre don!

Mot-clé : « Électricité solaire »